Le cœur cousu Carole Martinez Couv Gallimard

Résumé Editeur

«Écoutez, mes sœurs !
Écoutez cette rumeur qui emplit la nuit !
Écoutez... le bruit des mères !

Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recette se côtoient.
Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le cœur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes !»

Frasquita Carasco a dans son village du sud de l'Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière. Ses dons se transmettent aux vêtements qu'elle coud, aux objets qu'elle brode : les fleurs de tissu créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu'elles faneront sous le regard jaloux des villageoises ; un éventail reproduit avec une telle perfection les ailes d'un papillon qu'il s'envolera par la fenêtre ; le cœur de soie qu'elle cache sous le vêtement de la Madone menée en procession semble palpiter miraculeusement...

Frasquita a été jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs. Réprouvée par le village pour cet adultère, la voilà condamnée à l'errance à travers l'Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang, suivie de ses marmots eux aussi pourvus – ou accablés – de dons surnaturels...

Le roman fait alterner les passages lyriques et les anecdotes cocasses ou cruelles.

Le merveilleux ici n'est jamais forcé : il s'inscrit naturellement dans le cycle tragique de la vie.

séparateur

📌J’ai lu, j’écris, je dis…

Je viens de terminer « Le cœur cousu » en me disant que j’étais finalement bien loin de m’imaginer où l’auteur aller m’emmener. Certes le résumé de l’éditeur donne un bon aperçu des étapes que va vivre Frasquita, mais je peux dire que je n’ai jamais lu une histoire pareille.

Je me suis longuement interrogée à savoir si j’entrais dans un conte ou la réalité. Impossible à départager jusqu’à la dernière page tant le fil s’emmêle et s’entremêle l’un dans l’autre.

C’est en tout cas un formidable hommage à la famille et ses traditions. Ses croyances, le surnaturel, la transmission.

Et l’on ressent l’admiration de l’auteur pour le talent artistique que l’on retrouve dans tous ces petits villages perdus et isolés, ici en Espagne, mais cela aurait tout aussi bien pu être en Italie, en Corse ou Cilaos, notamment par la couture et la broderie, mais aussi le dessin, le chant.

Chaque personnage de la famille à Frasquita, laisse planer  le surnaturel qui nous encercle jusqu’à la fin. J’étais donc parfaitement dans mon élément, pour tout d’ailleurs.

Le seul moment où j’ai trouvé un peu long, a été le passage « révolutionnaire » bien que je comprenne qu’il figure dans le texte. Et puis, je ne sais pas pourquoi tant de références aux poules, coq, plumes et au sang… mystère que seule Carole Martinez pourrait m’expliquer.

Si l’on veut passer d’un monde à l’autre, ce livre est à lire absolument, dépaysement assuré !

© Chronique Nathalie  ~ 07 juillet 2018 ~ 00 : 33 

 séparateur

Carole Martinez

Carole Martinez

née en 1966, est romancière et professeure de français.

Son premier roman, "Le cœur cousu", a été récompensé par quinze prix littéraires, dont le prix Renaudot des lycéens en 2007.

Son deuxième roman, "Du domaine des murmures", a lui aussi été acclamé par la critique. Publié en 2011, il a notamment reçu le prix Goncourt des lycéens.

En 2016, Carole Martinez a publié "La Terre qui penche", qui témoigne a nouveau de son immense talent, de cet univers si singulier, entre magie et songe, sensualité et violence, petite et grande Histoire.

 

Ce livre est sorti aux Editions Gallimard

logo Gallimard

Le coeur cousu Carole Martinez Couv FOLIO

 

 

 

 

 

& aux Editions Folio